Interview - Bigen Yala Lusala

Interview - Bigen Yala Lusala

  1. Commençons par ton but de dimanche. Tu as marqué le but important qui a permis d'égaliser. Que ressens-tu d'avoir marqué ton premier but pour le club à un moment aussi important ? 

Bigen: Premièrement, ça fait du bien, parce que je n’avais pas encore marqué en championnat et j’avais marqué aux matchs amicaux. Donc, marquer mon premier but avec Wiltz en compétition, c’est déjà une belle chose, mais en plus de cela de pouvoir apporter des points à l'équipe, c'est encore d'autant plus important pour ma confiance mais aussi plus pour le bien du groupe. 

 

  1. Il faut parler un peu du penalty. Tu as raté le premier penalty, puis tu as pris le ballon et transformé le penalty. Comment décrirais-tu ta confiance en toi dans cette situation ? 

Bigen: Quand je l'ai pris la première fois, j'avais confiance. Après, quand j'ai raté, je me suis dit en gros, j'ai encore une occasion de pouvoir rectifier le tir et dans ma tête, j'étais persuadé que je l'ai retiré et que j'allais marquer. C'est pour ça que j'ai tiré. Et d'ailleurs, on m'a laissé tirer parce que j'ai demandé à tirer et j'avais la confiance que j'allais marquer. Voilà, c'est passé que j'ai marqué. 

 

  1. Est-ce que cette confiance en soi t'aide à lutter pour ta position? Nous avons quatre ailiers, seulement deux peuvent commencer. 

Bigen: Oui, être en tant qu'attaquant, ailier ou autre. Je pense que les stats aussi, c'est quelque chose qui est important. Et c'est d'autant plus pour la confiance qu'ont quand tu marques ou quand il donne un assist, ça te booste et ça te pousse encore à mieux faire dans les matchs après. Voilà, ça te donne la confiance surtout, comme je le disais, un but qui rapporte des points parce qu'au final, c'est presque dans les dernières minutes que je marque. Et voilà, c'est tout bénéfice. 

 

  1. Jusqu'à présent, l'équipe a réalisé de bonnes performances et d'autres moins bonnes. Quels sont, selon toi, les principaux points de travail de l'équipe ? 

Bigen: On est un peu mitigé entre le bon et le moins bon comme on l'a vu, des matchs où on a dominé mais au final, on n'a pas eu les points ou d'autres où on est passé à côté du match et on a quand même pris les points. Donc je dirais c'est un milieu. Je pense que je ne dirais pas qu'il faut cibler des défauts ou pas, mais plutôt essayer à mieux travailler en équipe, vraiment former un bloc. Et ensuite on a les qualités étant derrière étant milieu, devant, pour réaliser de bonnes choses. Donc je pense, c'est juste. Voilà, on est encore une nouvelle équipe aussi. Même si ça fait sept matchs, je pense qu'on doit encore mieux se connaître. Et je pense que dans les derniers matchs, on voit que ça va de mieux en mieux. Donc je pense que pour le futur, c'est de bon augure. 

 

  1. Tu t'es marié il y a deux semaines, félicitations, tu as un fils. Est-ce que c'est difficile pour toi de passer autant de temps loin de ta famille pour t'entraîner et être footballeur ? 

Bigen: C'est sûr que c'est la vie. La vie, elle change. Mais quand on est célibataire et que tout d'un coup tu, tu as une femme et un enfant à la maison, c'est totalement différent et c'est sûr que c'est une gestion différente. Mais le fait, en fait, quand tu es célibataire, tu ne vois pas trop. Mais quand tu as une famille, tu vois que tu passes beaucoup de temps comme au foot et que tu passes moins de temps avec ta famille. Mais voilà, j'essaie de gérer au mieux lors des jours de congé ou comme ce week-end, on va avoir un week-end de libre. Je peux profiter avec eux pleinement. Et voilà, on essaie de jongler avec les deux. 

 

  1. Tu as joué à Anderlecht dans ta jeunesse et tu es maintenant au Luxembourg depuis 5 ans. Tu vas bientôt avoir 30 ans, quels sont tes objectifs pour les prochaines années de ta carrière ? 

Bigen: Actuellement, je suis à Wiltz, donc moi, ce que je vise, c'est vraiment de faire le maximum avec ce club et d'aller le plus loin, de faire de belles saisons. Et voilà l'avenir, on ne sait jamais de quoi il est fait. Mais pour l'instant, je suis ici et je suis pleinement dans le projet qui est, de faire le meilleur avec le club. Et même si je vais avoir 30 ans, je vois encore quelques belles années devant moi et je ne veux pas raccrocher tout de suite. En tout cas, c'est sûr. Mais je pense qu'il y a des belles choses à venir ici. Mais je suis concentré sur ça et pour le reste, ça, on verra avec le temps.