Dem Mulles eng Rubrik - Feierdag Editioun- Spiller vum Balkan

Dem Mulles eng Rubrik - Feierdag Editioun- Spiller vum Balkan

 Wiltz 71 et ses joueurs originaires de l’ex-Yougoslavie

 

Ils sont au nombre d’environ 40, les joueurs d’ex-Yougoslavie qui ont porté ou qui portent encore le maillot de l’équipe fanion de Wiltz 71. Les trois quarts environ sont originaires de Bosnie-Herzégovine.

Azem, Rasim et Zela, les 3 premiers

 

Ce n’est qu’en 1987 que le premier joueur yougoslave, en l’occurrence Azem Civic, intègre l’effectif de Wiltz 71. Azem est né à Zavidovići en Bosnie, ville avec laquelle Wiltz est d’ailleurs jumelé depuis 2008. Son père Abdula travaille en Slovenie dans une firme de construction avant d’être délocalisé à Heilbronn en Allemagne, puis au Grand-Duché de Luxembourg où il travaille à Kirchberg. Sa famille continue à vivre en Bosnie. Ensuite, sa femme le rejoint tandis que leurs cinq enfants restent chez les grands-parents ou chez des tantes en Bosnie.

 

En 1976, le fils Azem, âgé de 6 ans, est le premier des 5 enfants à partir pour le Luxembourg. Quelque temps plus tard toute la famille Civic se retrouve à Weidingen d’abord, à Wiltz ensuite. Avec les Hodzic, Frkatovic et Mujanovic, elle fait partie des premières familles yougoslaves en 1982. 

 

Le jeune Azem rencontre peu de problèmes à s’intégrer à Wiltz, sauf à l’école où il a des difficultés en langues. Étant le seul étranger de la classe, il est forcé de s’adapter rapidement, Grâce à un enseignant qui remarque ses qualités footballistiques, Azem devient membre du FC Wiltz 71 et sera ainsi le premier joueur yougoslave du club fusionné. Ses talents

en matière de football l’aident à être accepté relativement vite par les habitants de Wiltz.   

 

En 1987, Azem débute en équipe fanion de Wiltz 71 – évoluant en promotion d’honneur – à l’âge de 16 ans seulement. Après 4 saisons au second échelon, il monte avec Wiltz 71 en division nationale. Le maintien n’étant pas assuré en 1991-1992, Azem met un terme à sa carrière. Il n’a pas encore 22 ans. En 69 matches, il marque 12 buts. Entretemps, il a opté pour la nationalité luxembourgeoise. 

 

Vers la fin des années 1980, Wiltz 71 choisit de renforcer son effectif par des joueurs yougoslaves. L’équipe fanion veut remonter à tout prix en division nationale. Elle y parvient en 1990-1991, avec Rasim Kalabic, venu en 1988, et Zela Starcevic, venu en 1989. Mais le séjour en DN ne dure qu’une saison.

 

Né en 1965, Rasim Kalabic vient à Wiltz à l’âge de 23 ans. Il a évolué dans l’équipe slovène Olympia Ljubljana et dans celle de Krivaja Zavidovići en Bosnie. Le contact avec Abdula Civic l’amène au Grand-Duché. Abdula suggère aux parents de Rasim de laisser partir leur fils au Grand-Duché comme joueur professionnel.

 

En 5 saisons (1988-1993), Rasim Kalabic dispute 107 matches pour Wiltz, dont 11 en division nationale, et il marque 32 buts. Sa vie continue à tourner autour du football. Détenteur du diplôme A UEFA, il entraîne non seulement de nombreuses premières équipes comme Harlange, Useldange, Mertzig, Vianden … mais aussi des équipes de jeunes de

Wiltz 71.

 

Zela Starcevic effectue 4 saisons (1989-1993) en équipe fanion de Wiltz. Il dispute 78 rencontres pour le club nordiste, dont 12 en DN, et s’inscrit à six reprises dans la liste des buteurs en PH. Après sa carrière de joueur wiltzois, il s’occupe pendant quelques années des jeunes de notre club.

 

Les Mujkic arrivent

 

Au début des années 1990, la famille Mujkic, originaire de la région de Zavidovići, vient à Wiltz. Les frères Asmir, né en 1981, et Mehmet, né en 1983, jouent au FC Wiltz 71. Le père travaille en Allemagne et en Russie, avant de s’installer au Grand-Duché. La famille le rejoint et s’établit à Wiltz. Le football au club permet aux deux garçons de pratiquer la langue luxembourgeoise et de s’intégrer vite. Ils sont même sélectionnés dans les équipes nationales des différentes catégories de jeunes de leur nouvelle patrie.

 

Mehmet Mujkic débute en équipe fanion de Wiltz 71 à l’âge de 16 ans. Il fait partie du cadre wiltzois durant 16 saisons (1999-2008 et 2009-2016). En 2009-2010, il porte le maillot de Hamm Benfica. Avec 228 sélections, dont 173 en DN, en première équipe, il occupe le 5e rang dans la liste des joueurs wiltzois avec le plus de matches en équipe fanion – derrière Marc Gira, Marc Baus, François Toex et Théo Malget.       

 

Asmir Mujkic opère à Wiltz jusqu’en 2006. Il est aligné 32 fois en première équipe. Par la suite, il s’engage avec Erpeldange, Rambrouch et Harlange.   

 

Au printemps 1992, Sevad Mujkic, âgé de 6 ans, vient à Wiltz avec sa mère. Sevad est le cousin d’Asmir et de Mehmet Mujkic. Son père travaille pour une firme de montage dans différents pays européens. Fin 1991, il est embauché au Luxembourg. Sevad joue durant 12 saisons (2002-2013 et 2016-2017) en équipe fanion de Wiltz 71. À l’âge de 17 ans, il commence sa série de 188 rencontres de championnat, dont 104 en DN.

 

Ils s’enfuient au Luxembourg, Samir et Amel

 

La peur de la guerre de Bosnie – qui va débuter en avril 1992 et durer plus de trois ans et demi –  pousse beaucoup de familles yougoslaves à fuir au Luxembourg. Ainsi, Samir Kalabic, né en 1971 à Zavidovići, arrive à Wiltz à l’âge de 20 ans. Son oncle Rasim Kalabic, qui habite la Capitale des Ardennes depuis 1988, lui suggère la fuite – vue la menace de guerre – et l’accueille chez lui.  

 

Samir Kalabic signe au FC Wiltz 71 pour lequel il joue durant 6 saisons (1992-1995 et 2002-2005). Il est aligné 63 fois en équipe fanion, dont 39 en DN. Entre ses deux périodes wiltzoises, il défend les couleurs d’Etzella Ettelbruck. Pendant la trêve hivernale de la saison 2012-2013, il relaie Pascal Lebrun en tant qu’entraîneur wiltzois. Le maintien assuré, il reste au commandement et obtient la 9e place en DN avec ses poulains en 2013-2014. Les dirigeants wiltzois ne lui renouvelant plus leur confiance, il entraîne Bastogne durant deux championnats. Ensuite, il devient entraîneur adjoint au Racing Club Luxembourg, avec lequel il remporte la Coupe de Luxembourg en 2018. Samir Kalabic est le seul joueur originaire de l’ex-Yougoslavie qui devient entraîneur de la première équipe de Wiltz 71.

 

Quand la guerre de Bosnie éclate, la famille d’Amel Cosic, qui habite non loin de Zavidovići, s’enfuit au Luxembourg. Né en novembre 1989, Amel commence son parcours footballistique auprès du FC Wiltz 71 à l’âge de 6 ans. Il compte à peine 17 années, quand il est pour la première fois titularisé en première équipe. Au cours de la saison 2009-2010, il fait partie du cadre de l’équipe nationale luxembourgeoise. Malheureusement une rupture des ligaments d’un genou l’écarte des terrains pendant 9 mois. Le même malheur lui arrive une seconde fois quelques années plus tard. De nouveau « out » pendant trois quarts du championnat, il a du mal à redevenir titulaire à Wiltz et ainsi il signe à Muhlenbach en 2017. Endossant à 138 reprises le maillot wiltzois, il se retrouve avec 46 buts en 8e position des meilleurs buteurs du club.

 

Les neveux d’Azem

 

Venons-en à deux cousins qui se retrouvent en tant que co-équipiers à la Jeunesse d’Useldange, évoluant en division 1 la saison prochaine, Haris Faljic et Adis Civic. Haris y joue depuis la saison écoulée, Adis y a signé il y a quelques jours. Ils ont Azem Civic, le premier joueur d’origine yougoslave à Wiltz, comme oncle.

 

Haris Faljic, dont la mère est la sœur d’Azem, est né à Wiltz en 1991. En 2008, il dispute son premier match pour Wiltz 71. Il est sélectionné en équipe nationale des U21. Il joue 141 matches pour Wiltz 71, dont 69 en DN, et marque 9 buts, dont 3 en DN. Avec Useldange, il vient de monter en division 1.

     

Tout comme son cousin Haris, Adis Civic endosse pour la première fois le maillot wiltzois à l’âge de 17 ans. De 2011 à 2020, il dispute 138 parties en équipe fanion de Wiltz 71, dont la plupart (90) en PH. Il arrive à secouer 20 fois les filets adverses. N’étant que rarement titulaire en 2019-2020, il décide de chercher fortune ailleurs.  

 

Les « fils perdus » reviennent

 

Avant le championnat 2019-2020, les responsables wiltzois réussissent à convaincre Sanel Ibrahimovic et Edis Osmanovic de rentrer au berceau, c’est-à-dire à Wiltz, là où ils ont entamé leur carrière luxembourgeoise.

 

Né à Tuzla (BIH) en 1987, Sanel Ibrahimovic signe une licence chez Wiltz 71 qui évolue en PH en 2008-2009. La saison suivante, il monte avec Wiltz en DN. En 2010-2011, il devient pour la première fois roi des buteurs luxembourgeois avec 18 buts.

 

En 2011-2012, il joue pour Hamm Benfica. De 2012 à 2015, il porte le maillot de Jeunesse Esch, club avec lequel il gagne la Coupe de Luxembourg en 2013. En 2013-2014 et en 2014-2015, il s’adjuge la couronne du meilleur buteur pour la 2e et 3e fois, avec 22 resp. 21 buts. De 2015 à 2019, il gagne 4 fois le championnat et 3 fois la Coupe de Luxembourg avec F91 Dudelange. Pendant les 8 années que dure son « exile », Sanel marque 113 buts : 21 pour Hamm, 57 pour Jeunesse et 35 pour Dudelange.

 

De retour à Wiltz, Sanel Ibrahimovic ne rate pas une minute des 15 rencontres du championnat raccourci 2019-2020, tout en marquant 20 buts. Jusqu’à ce jour, en 4 championnats (2008-2011 et 2019-2020), il a joué 83 matches pour les Nordistes. Lors des 58 parties en PH, il a marqué 59 buts. Il faut le faire. 

 

Né en Bosnie en 1988, Edis Osmanovic porte le maillot wiltzois de 2010 à 2016. En six saisons, il participe à 138 matches et marque 82 buts, dont 59 en DN. Franco Iovino (81) est le seul à le devancer dans la liste des meilleurs buteurs wiltzois de tous les temps en DN. En 2012-2013, il fait trembler les filets adverses à 21 reprises ce qui lui permet de devenir le 3e Wiltzois – après Iovino  (1996-1997) et Ibrahimovic (2010-2011) – de remporter la couronne du meilleur buteur.    

 

Edis Osmanovic quitte Wiltz en 2016 pour le Racing Luxembourg avec lequel il remporte la Coupe de Luxembourg en 2017-2018.

 

De retour à Wiltz, il est titulaire lors des 15 rencontres de la saison 2019-2020 et il marque à 7 reprises. Il compte actuellement 153 sélections (dont 115 en DN) en équipe fanion de Wiltz 71.

 

Les joueurs originaires de l’ex-Yougoslavie pas encore mentionnés

 

Pas seulement des Bosniaques, mais aussi des Serbes et des Croates et un seul Slovène

 

Encore 16 Bosniaques :

 

Anis Adrovic (2006-2010 et   2014-2015 / 36 matches), 

Assim Alomerovic  (2013-2014 / 25 m.),

Samir Cehlametovic (1990-1991 / 8 m.),

Adis Cosic (2008-2010 et 2011-2013 / 47 m.),

Esmir Cosic (2010-2011 / 3 m.),

Maid Cosic (2011-2012 / 1 m),

Vedat Duraku (2004-2010 / 68 m.),

Amar Faljic (2019-2020 / 1 m.),

Nacif Hajdarovic (2014-2015 / 3 m.)

Besim Krdzalic (2011-2013 / 48 m.),

Dudi Muratovic (2008-2009 / 1 m.),

Aldin Mustic (2009-2011 / 2 m.),

Eldin Nurkovic (2015-2016 et 2019-2020 / 8 m.)

Nesad Omerasevic (2000-2002 / 41 m. / il transforme 2 pénaltys en finale de la Coupe de

Luxembourg 2001 permettant à Wiltz de rêver au score de 3:3 à la 73e minute /  mais  Etzella l’emporte quand même sur le score de 5:3),

Alen Omerovic (2010-2012 / 35 m.),

Ernad Repzovic (2001-2003 / 4 m.).

 

8 Serbes :

 

Samel Badic (1997-2002 et 2004-2005 / 24 m.),

Sead Badic (2002-2006 / 4 m.),

Adnan Batkic (2009-2011 / 13 m.),

Vahid Batkic (2000-2001 / 2 m.),

Denis Dragulovcanin (embauché pendant la trêve hivernale – marque 2 buts contre Steinsel),

Munir Dragulovcanin (2018-2019 / 7 m.),

Nihad Sejdovic (2009-2011 et 2013-2014 / 42 m.),

Nihad Tutic (2018-2019 / 7 m.).

 

2 Croates :

 

Ivan Bilus (2015-2016 / 4 m.),

Ivan Strkalj (2013-2015 / 14 m.).

 

Le seul Slovène, c’est Emir Burkic qui va avoir 27 ans en juillet prochain. Il vient de terminer sa 4e saison avec Wiltz 71, pour lequel il a disputé 52 rencontres dont 12 en DN. En 2019-2020, il rate une seule rencontre.

 

Sources : « L’’immigration de l’Ex-Yougoslavie et le FC Wiltz 71 », chapitre 5 du meilleur mémoire de master 2016 « L’immigration dans le football luxembourgeois » de Jean Ketter   & Archives personnelles